La Possonière

01/07/2015

 

Je vais à La Possonnière, en passant par Rochefort-sur-Loire. À la Léonardière, dans la lumière douce du petit matin, une petite jeune femme me hèle sur le quai du vieux port. Elle a un bon sourire. Elle veut savoir ce que je fais, d'où je viens, où je vais. J'explique. Elle me dit être guide de montagne, et ne plus guère exercer, ce qui compte tenu de l'érosion des massifs calcaires de l'Anjou, ne me surprend finalement pas. À Belle-Île, me dit-elle, encore un peu de grimpe, tout juste. Elle me dit aimer les jardins, et me raconte que depuis peu de temps, elle a l'usage d'un potager, juste à côté. Je lui demande l'autorisation de le visiter, qu'elle m'accorde aussitôt.

 

Le petit paradis de la belle est là, entre deux murs de maisons de pêcheurs, et elle a raison d'en être fière. Elle me parle de son combat pour ce jardin,  de toutes ces ronces arrachées, de sa reconquête du terrain d'autrefois, de ses promesses de tomates, et me montre son lit à baldaquin sauvage installé sous les arbres, comme une cachette pour écouter les oiseaux du soir et faire l'amour, ou les deux à la fois.

 

Écrire à la guinguette de La Possonnière, sous le soleil, est un bonheur exquis. Cette correspondance entre le flux de la pensée, de la rêverie, et celui du fleuve est évident, comme si l'eau du fleuve poussait à la fluidité de la création. Des gabares et des toues, bateaux spécifiques aux fonds plats adaptés à ces eaux si particulières, sont amarrées au semblant de quai, comme de toute éternité.

 

Ce n'est pas un décor, c'est le temps qui passe, le temps qu'il fait, le temps d'un verre de blanc entre copains, le temps de sentir les nuages, d'apprécier l'étiage et de savoir s'il est bien prudent de naviguer.

 

Je rencontre Yolaine et Benoît, qui ont efficacement organisé, mon passage ici, avec la Mairie. Tout le projet s'est construit simplement et naturellement, grâce à leurs efforts, et l'animation présentée le lendemain sera à mes yeux l’une des plus réussies de tout mon parcours.

Deux éminents botanistes, Valéry Malécot et David Mercier, et un conteur, François Genoud, m'accompagnent. Un groupe de sonneurs, les Veuzoux du Lundi, viendront ponctuer nos interventions avec puissance et élégance.

 

La science, les mots des histoires, la vibration si particulière et si émouvante de la veuze, ainsi que mes propres fantaisies, se mêlent harmonieusement dans une belle construction de déambulation botanique et poétique. Quel bonheur de pouvoir partager et offrir ensemble au public de tels instants !

 

Au moment du retour, sur un air de sonnailles à la fois poignantes et joyeuses, je regarde tous ces gens que je ne connais pas : ils marchent lentement, visiblement heureux, sous l'ombrage du sentier. Mon passage aura permis de vivre ensemble ce moment-là,  tout près du fleuve, et j'en suis finalement un peu fier.

 

Yves YGER

Please reload

Article mis en avant

Petit lexique impertinent des noms d'arbres

06/08/2015

1/10
Please reload

Articles récents

10/05/2019

10/05/2019

27/06/2018

24/06/2018

20/06/2018

19/06/2018

Please reload

Suivez nous
  • Facebook Black Square