Camifolia

02/07/2015

Marie est enfin arrivée de Savoie. Cela fait trois semaines que nous nous sommes quittés à la Roseraie de Saint-Galmier.

 

Retrouver son sourire et notre complicité. C'est grâce à elle que ce projet de traversée de la France s'est concrétisé, elle qui m'a toujours encouragé, soutenu dans les moments de doute, et aidé dans tant de domaines. Marie qui donne, Marie qui imagine, Marie qui rassure, Marie qui glane, Marie qui marche, Marie qui invente. Marie que j'aime. Nous allons cheminer ensemble sur les bords de Loire pendant ces prochains jours. On annonce la canicule.

 

Pour l'instant, je rejoins, pour une dernière matinée en solitaire sous une chaleur déjà bien marquée, le bourg de Chemillé, capitale de la camomille et des plantes de santé, où l'on m'attend au jardin Camifolia. Chemillé, au nom de bouquet, de charmille et de fleurs d'été. J'y retrouve avec grand plaisir ma complice Annick Cesbron, avec qui j'ai partagé mots et sentiers il y a quelques jours, et qui me fait découvrir ce lieu qu'elle connaît bien. C'est un vallon de plaisirs et de découvertes, qui correspond si bien à mon univers, offrant la connaissance des plantes dans une « mise en scène » authentique et réussie. J'aimerais avoir dix ans et apprendre ici à humer ces odeurs, à reconnaître ces espèces, à toucher ces textures, et entrer en Botanie par cette porte inspirée.

 

Pour l'instant, j'ai soixante ans, je suis le professeur Gégère, spécialiste en phytothérapie décalée, et je prétends faire l'intéressant devant le public. Annick est mon assistante de comédie, et nous déroulons cette conférence un peu folle, où l'on s'amuse entre botanomancie, pratiques de sorcellerie un peu loufoques et vrais bienfaits du monde végétal.

 

L'équipe qui anime Camifolia est enthousiaste et on la sent passionnée. Je rencontre aussi Bruno Delaunay, l'homme des grignotages sauvages, boulanger et érudit auteur de plusieurs ouvrages, un homme au bon sourire, grâce à qui j'ai pu me produire ici. L'appartenance au monde des plantes permet d'aller tout de suite à l'essentiel : c'est la première fois que nous nous rencontrons et j'ai pourtant l'impression de l'avoir toujours connu. Grand privilège de faire partie de cette confrérie...

 

C'est le soir. Il faut partir, et les sourires sont vrais. Je reviendrai à Chemillé, c'est certain : il y a là tant de possibilités d'animations, d'expression de créativité, et la liberté d'embarquer pour de bien belles aventures botaniques.

 

Yves YGER

 

 © B. Delaunay

 

Please reload

Article mis en avant

Petit lexique impertinent des noms d'arbres

06/08/2015

1/10
Please reload

Articles récents

10/05/2019

10/05/2019

27/06/2018

24/06/2018

20/06/2018

19/06/2018

Please reload

Suivez nous
  • Facebook Black Square