Saule au monde !


Un matin je reçus un bristol, Un carton parfumé, je m’envole ! Rendez-vous à six heures près du col Un espoir, peut être des babioles, Le printemps est temps de cabrioles ! Rendez-vous, disait-elle, près du saule. Bigre ! En panne était ma bagnole: Il me fallut donc prendre mes guibolles. Il est des jours où l’on n’a pas de bol. Las ! Pas de belle quand j’arrive au col : Un lapin ! Elle devait être folle, Mythomane, ou bien arboricole. Mais j’entends bien… Tout près l’on rigole. J’ai compris : elle m’a pris pour mariolle, Pour nigaud, ou bien pour un guignol. Et pourtant je n’ai pas bu d’alcool. Promis ! Ni Brouilly, ni Pomerol. Ecoute, ami, l’oreille de traviole : C’est des fleurs que viennent ces paroles. Toutes ces facéties sylvicoles Des bourgeons au bout de leurs pétioles. Il m’est souvenu alors le rôle Donné par les anciens en symbole A ce charmeur que l’on nomme saule. Il vous parle, il vous prend par l’épaule Il est bien l’arbre qui vous console. Riez ! Chantez ! Soyez rossignol, Et surtout évitez les bristols …

Article mis en avant
Articles récents
Suivez nous
  • Facebook Black Square