Chut !

Plus de deux semaines que j’ai quitté le Mont Saint Michel. Arrive enfin ce temps heureux où j’oublie le calendrier et l’ordre des jours, maintenant que j’ai pris pleine possession de l’esquif solitaire qu'est cette marche. Comme sur un lent radeau qui aurait caboté de havre en havre, sans l’aide du vent, au rythme de la godille, et d’où l’on aurait pris plaisir à observer chaque jour les modifications infimes de la côte, de ses couleurs, de ses rochers, de ses maisons, de ses odeurs, de ses parlers. Il va m'être temps de faire relâche quelques jours à l’abbaye, chez les moines de la Pierre qui Vire, pour m’avitailler l’âme, non pas auprès de l’Eglise, que je respecte mais qui m’est si lointaine, non pas auprès de Dieu, auquel je dis ne pas croire mais que je vois partout, mais auprès des sources de la pensée, des fontaines de la réflexion intérieure. Du temps pour moi, pour nous, pour méditer, pour écrire, pour apprendre, pour avancer. Retraite ? Ah non ! Vie ! Lumière ! Alors je vais me taire ici, j’ai déjà trop parlé.

Article mis en avant
Articles récents
Suivez nous
  • Facebook Black Square