ALLO !

Vivre sur la même pente

N’est pas toujours bonne entente :

Un poteau téléphonique,

En bois traité du Jura,

Rencontre un épicéa :

Ecoutons la polémique !


- « Non mais regardez-moi ça ! «

Crie le pieu à l’arbre vert,

« Dites-moi à quoi ça sert,

Des branches d’un tel format ! »


- « Cause toujours, grand échalas »

Répond le beau résineux,

D’un air fort dédaigneux.

« C’est une pitié de voir

Ton squelette haut perché.

Ici, sur mon territoire :

On n’aime pas les macchabées ! »


Le poteau est en colère.

C’est qu’il a son caractère :

- « « Tais-toi verdure inutile !

Moi je suis indispensable,

Mes qualités indéniables !

Comme un messager habile

Je transmets les mots d’amour

Les saluts et les bonjours :


Allo, cousine Germaine,

On se voit cette semaine ?

Ça va, chez vous il fait beau ?

Des nouvelles de Léo ?


Toi, tu sers à peu de choses,

Excepté faire les avant-plans

Sur des clichés désolants.

Les photographes m’indisposent

Et je sais qu’ils me méprisent :

Je les hais, c’est ma devise !


- « Ça suffit, pylône ascète,

Toi qui n’as ni queue ni tête !

Moi je fais de l’oxygène

Pour la société humaine.

Et je loge les oiseaux,

Les mésanges et les moineaux.

La passion ne compte pas

Pour un vieux piquet comme toi !

Sinon sur ton sale perchoir,

Qui sent fort le coaltar,

On n’aurait jamais gravé :

Interdit d’escalader.


- « Permets-moi de rigoler,

Vieux brandillon emplumé,

On va bientôt t’élaguer

Ce sera bien mérité !

Sans tarder les bûcherons

Vont réduire tes dimensions ! »


Ce débat plutôt stérile

Est d’utilité moyenne.

Mais c’est le Dix-sept avril,

Qu’on installa une antenne,

Et l’on retira les fils

De la liaison aérienne.

Une entreprise agréée,

Par ordre de l’autorité

Avec un gros bulldozer,

Sortit le poteau de terre.

Finie la liaison filaire !

Ce que veulent les actionnaires,

C’est des ondes et du réseau :

Le bonheur est pour bientôt !


On posa sur un camion

Ce qui restait du vieux tronc.

C’est pour faire du papier

Qu’à l’usine on l’a porté.


Quant à notre épicéa,

C’est bien simple, croyez-moi,

Tout en haut du mirador,

Son houppier en rit encore !


L’épicea Picea abies L. à la station du Granier, ENTREMONT LE VIEUX (73), le 28 février 2021

Le poteau téléphonique Pilum telefonicus


© Yves YGER, février 2021 toute reproduction à but commercial interdit


Article mis en avant
Articles récents