L’ORNITHOGALE ET L’HELIANTHEME



Ils sont tout seuls, les amoureux,

Pour qui le monde n’est que deux.

Elle est sa dame de onze heures

Et lui il est son hélianthème.

Quand j’en repère deux qui s’aiment

Et se cajolent de bonheur

En murmurant de grands serments,

Je les jalouse, ces soupirants ;

Comme Il découvre sa corolle

Sous sa lumière d’herbe d’or,

Parce qu’elle se nomme ornithogale,

Et qu’ils partagent les trésors

De leurs cavernes respectives.

Je les regarde en douce, de loin,

Et je souris, et puis m’esquive,

Sans déranger l’ordre sublime,

Puis je m’en vais sur les chemins :

Bonheur des amours anonymes.


La Dame de onze heures, Ornithogalum umbellatum, et l’hélianthème nummulaire, hélianthemum nummularium

Chaudun, près de GAP (05) le 10 juin 2021

© Texte et photo Yves YGER, Juillet 2021

Toute utilisation à but commercial interdite




Article mis en avant
Articles récents