LA FICAIRE ET LE FRAGON




Ah ! mes amis, c’est une histoire peu ordinaire :

Voilà ! sous un fragon vivait une ficaire.

Lui était bien rigide, taisait ses sentiments

Les printemps se suivaient, mais un jour pourtant

Il décida de lui parler en spécialiste

Et lui tint ces propos plutôt surréalistes.

« - Rassemblons-nous, je crois aux médecines douces

Aux hommes qui ont mal, donnons un coup de pouce.

On dit, selon Paracelse, que vous avez

Une racine aux formes un peu trop contournées,

Qui en suivant sa théorie des signatures

Du fondement soignerait fort bien les tortures.

Croyez-moi donc, je suis une plante proctologue. »

« - Vous êtes bien effronté, Monsieur l’arbre aux cladodes !

Je vous l’assure, ne comptez pas sur moi pour faire

Ni la pâte à cul, ni l’onguent pour le derrière.

Leurs hématomes intimes, leurs secrètes émeraudes

Ces humains qui gémissent, presqu’un rien les taraude.

Qu’ils restent, lels Don Quichotte délaissant Rossinante

Et marchent, tels des cow-boys, les jambes divergentes».

Fragon, l’air un peu con, se dit mais bien trop tard

Qu’aux mots des renoncules il ne faut jamais croire.

Article mis en avant
Articles récents
Suivez nous
  • Facebook Black Square