LE BUIS ET LA GARANCE



« -Emmène-moi, disait le buis

A la Garance voyageuse !

Je ne veux plus rester ici :

Cette pyrale est une gueuse !

Regarde bien mes branches mortes

Que ses chenilles ont massacrées :

C’est la pluie qui les emporte

Et les Sylphides vont pleurer.

Laisse-moi croire, tendre Garance

Que je peux être ton Baptiste.

Du Paradis de nos enfances

Il faut changer le scénariste,

Et rappeler Marcel Carné.

Avec les mots de Jacques Prévert,

Et ses oiseaux en liberté

Envole-moi loin de l’hiver !

Même le curé m’a oublié :

Pour les Rameaux, pas d’avenir !

Croche-moi donc, il faut filer

Dépêchons-nous, je veux partir ! »


Dans la forêt de Saint Vincent

Dorment les mousses et les lauriers.

Les beaux jours s’en viennent, on le sent.

Oui, mais alors, quelle drôle d’idée :

Penser qu’un buis ait supplié

Une petite rubiacée

Au paradis de l’emmener,

Ça ne peut être que du ciné,

Une histoire qu’on a rêvée…






Le buis, Buxus sp

La garance voyageuse, Rubia peregrina L.

Le laurier des bois, Daphne laureola L.

A Saint Vincent de Mercuze ( cascade de l’Alloix) le 4 février 2021

© Yves YGER février 2021

Article mis en avant
Articles récents
Suivez nous
  • Facebook Black Square