LE CHENE ET LE PIGEONNIER


Saisis ta chance quand elle est là, et n’attends pas

La fortune que ton bonimenteur promettra !


Dans un pays breton était un pigeonnier,

Que son propriétaire avait abandonné.

Trois pigeons oubliés survivaient dans la tour,

Attendant que mûrissent les fruits des meilleurs jours.


Or, une fouine madrée, chassant dans les parages,

Pénétra par l’embrasure dans le vieux colombier.

Aussitôt, c’est la frayeur à tous les étages !

Panique dans les plumes, on est épouvanté !


Le plus ancien des pigeons, qui, dans sa jeunesse

Avait échappé à beaucoup des rôtissoires,

Était un sage. Il ne manquait pas de hardiesse :

- « Nous sommes faméliques, vous devez bien le voir ! »

Déclara-t-il à l’effrayante scélérate,

Qui aiguisait ses canines comme ouvre-boites.

« Avisez la maigreur sur nos pauvres carcasses !

Ah ! Si nous avions quelques graines à boulotter,

Même d’ortie, nous ne ferions pas la grimace !

S’il vous plait, Draculette, nous pourrions engraisser,

Devenir dodues, tels chapons à la Noël !

Si vous nous aidiez à trouver quelque graillon,

Un peu d’embonpoint, et desserrer nos bretelles,

Permettrait d’améliorer votre collation !

Vous nous égorgeriez, certes, c’est traditionnel,

Mais lorsque nous arriverions au Paradis

Nous ferions jalouser les angelots du Ciel,

De nos girons replets et nos gésiers remplis ! ».


Notre mustélidé, un peu niais, fut troublé.

Après tout, pour quelle raison ne pas essayer ?

Elle fit demi-tour, et courut vers la clairière,

A la recherche de fruits, pignes ou encore semence.

Mais elle avait oublié qu’était passé l’hiver,

Et que seuls quelques glands, sortant de leur dormance,

Seraient l’unique plat du gavage commandé.

De retour à la tourelle, quelle déconvenue !

Tous les boulins déserts, les oiseaux envolés,

Et pour notre nigaude, un tel coup de massue,

Tant douloureux, qu’elle en balança son panier !


C’est depuis ce printemps, depuis le mois d’Avril,

Que dans la muraille, -cela parait incroyable-,

Un chêne a poussé, tellement singulier qu’il

A gagné le concours des arbres remarquables !



Le Chêne pédonculé, Quercus robur L. à BEGARD (22) le 10 mars 2021

© Texte et photo, Yves YGER, février 2021

Toute utilisation à but commercial interdite

Site : www.lechemineaudesherbes.com

Le chêne de Bégard, a effectivement obtenu la distinction d’arbre de l’année en 2013

Article mis en avant
Articles récents
Suivez nous
  • Facebook Black Square