ODE A SON NOMBRIL


Peindre le nombril de Vénus,

Quand on s'appelle Boticelli,

Et le vendre au marché aux puces ;

Ça, c'est une grosse ânerie !


Parler du nombril de Vénus

A un parterre de collégiens,

C'est provoquer un stimulus

Qui peut les emmener très loin !


Mater le nombril de Vénus,

Ce sont des façons de voyeur.

Je ne vous dirai pas l'astuce :

C'est attenter à la pudeur !


Toucher le nombril de Vénus,

N'est pas toujours facile à faire.

C'est pourtant, naturalibus,

Le meilleur préliminaire !


Montrer le nombril de Vénus

A toute une assemblée de gosses

En train d'attendre l'autobus,

Et puis se retrouver au poste.


Rêver au nombril de Vénus !

Moi qui ai vu son caraco,

Pour un peu de bonheur en plus,

Qu'elle le lève un peu plus haut !


Sentir le nombril de Vénus

Effleurer son petit bourgeon...

S'il palpite, c'est du bonus…

Stop ! On s'arrête. Mais dites-donc !


Croquer de Vénus le nombril,

C'est ma folie, j'en suis malade !

Mais non, ce n'est pas interdit :

Avec de l'huile et du citron,

- Oh, oui, continue, là, c'est bon ! -

Surtout quand c'est une salade !


Le Nombril de Vénus, Umbilicus rupestris

A Beg Léguer, LANNION (22), le 12 mars 2021

© Yves YGER, mars 2021

Toute reproduction à but commercial interdite





Article mis en avant
Articles récents
Suivez nous
  • Facebook Black Square