REVEIL EN MUSIQUE

En hommage à Jean de La Fontaine : « Eloge de l’Amour »



Comme les Anémones pulsatilles

S’habillent de leurs pourpres de velours,

L’hermine de leurs calices en contour,

Sitôt que lueurs d’aurore se profilent.

Hier, aujourd’hui, et demain matin,

Il faut aimer, tout le reste n’est rien !


Comme les Corydales, à leurs réveils,

Défont un peu le drap de la prairie,

Chevelures en bataille, l’air endormi,

Après la nuit des caresses, le soleil

Je serai la vigne, tu seras raisin :

Il faut aimer, tout le reste n’est rien !


Comme la fleur de Stellaire holostée

La rive du petit sentier constelle,

J’écoute ta sonate et je m’émerveille !

Ton concerto, je veux interpréter.

Tu es la note, je serai musicien :

Il faut aimer, tout le reste n’est rien !


A la Pervenche bleue, qui s’ébahit

Du printemps des évidences nouvelles,

Parce qu’il faisait froid, parce que c’était elle.

Je suis arrivé, tu es mon pays.

Ce n’est pas le but qui fait le chemin :

Il faut aimer, tout le reste n’est rien !


Toutes les Anémones de porcelaine

Chantent chorale au mitan du talus.

C’est pour clamer au monde qu’elles nous ont vu

Nous aimer sur la mousse et le lichen,

Nous les enfants de ce premier jardin :

Il faut aimer, tout le reste n’est rien !


En suivant Monsieur Jean de La Fontaine,

J’annonce et je proclame que l’Amour

Au printemps donne sa couleur au jour.

Avec Mozart, Lamartine ou bien Verlaine,

Qu’on soit compositeur ou écrivain :

Aimer, aimer, tout le reste n’est rien !


L’anémone pulsatille, Anemone pulsatilla L.

La corydale, Corydalis solida L.

La stellaire holostée, Stellaria holostea L.

La petite pervenche, Vinca minor L.

L’anémone sylvestre, Anemone sylvestris L.


Vallée des Entremonts (73), le 4 avril 2021

© Texte et photos Yves YGER, avril 2021

Toute reproduction à but commercial interdite



Article mis en avant
Articles récents
Suivez nous
  • Facebook Black Square