Neige et brouillard

Un peu de neige pour calmer la douleur du monde, brouillard sur la Chartreuse pour oublier ses falaises, Rinaldo de Haendel chanté par Jarousky, mésanges inquiètes au bord de la fenêtre, roses oubliées comme des souvenirs déjà : l'hiver est là ! Il y a à peine une semaine, je faisais l'inventaire de l'automne, surveillant la pulpe des cynorhodons, inspectant la clarté des sources, contrôlant la musique des feuilles mortes, saluant alisiers et fayards avec le respect qu'on doit aux belles personnes. Et puis un matin tout bascule et le monde redevient innocent en apparence.

Mon hiver de poudrerie et de solitude, mon hiver de grandes blessures et de larmes lointaines, mon hiver d'impossible consolation et de cris dans la nuit, donne nous la force d'avancer dans la tempête, apprends nous l'intelligence de la trace du lièvre dans le bois, enseigne nous comment tenir debout en ces prochains temps de glace vive, confie nous enfin ta lumière au delà de la brume.

Pour survivre dans la froidure, il faut chanter toujours, crier des poèmes devant les barbares, écrire sur la neige les mots de liberté, et brandir les livres comme des bannières sacrées.

Article mis en avant
Articles récents
Suivez nous
  • Facebook Black Square