Mes pierres bleues


A Nant, rencontre avec Jean-Paul, randonneur libertaire et amoureux du Larzac. On bavarde, il connait le plateau comme sa poche, et ses yeux brillent de vie. et de belle anarchie.

Ce soir, après l'avoir traversé du Nord au sud, Je comprends que ce pays soit une raison de vivre.

Maintenant, j’en suis sûr : ce chemin de Nant au Caylar restera dans ma mémoire comme une pierre bleue.

"Le printemps, au Larzac, - aurait pu dire Chateaubriand, - fleurit trois semaines plus tard qu’à Paris"...

Mais dans ce pays où il n’y a pas d’eau en apparente surface, le débordement de fleurs, surgissant des strates infimes humus cachées aux interstices des roches, est simplement d’une incongruité et d’une magnificence extrêmes.

Orchis, pulsatilles, astragales, polygalas, hépatiques, thyms et potentilles s’affairent dans une vaste opération de séduction entomologique, cherchant à attirer, comme dans une gigantesque campagne publicitaire, à coup de nectars et d’effluves capiteuses, les faveurs des pattes glutineuses des papillons, bourdons et autres abeilles. Je te donne, tu me donnes, gagnant, gagnant. Notre chance à nous, humains non butineurs, est d’observer tout cela comme un tableau de « nature vive », certains d’y voir quelque harmonie. Il n’y a là que des hasards, des jeux surréalistes et aléatoires, et des couleurs qui résonnent en nous comme des échos à nos sens et à nos souvenirs. Ma première pulsatille, à la tête de fruits plumeux, à qui l’on faisait des couettes. Ma première hépatique aux feuilles mystérieusement trilobées et décorés, aperçue près de la mine de Peisey-Nancroix. Mon astragale au nom mélangé de ciel immense et de falbalas. Toutes comme des signes de reconnaissance, des pierres bleues que je garde dans le gousset de mes souvenirs. Et je passe devant elles, et je les salue, et ça ne sert à rien, sinon à soigner mon âme. Dans mon laboratoire intérieur, on prépare des élixirs fugaces uniquement d’un seul regard.

La Couvertoirade, Le Caylar, les villages médiévaux déjà fatigués de soleil, et puis marcher plus loin encore, loin des touristes. Dans la garrigue infinie de buis et de genèvriers, loin de toute trace humaine, je suis le lent dessin du sentier comme un fil précieux. Excepté dans les villages, je n’ai encore aujourd’hui croisé personne, et la charriotte est une compagne serviable, un peu rigide, mais bien silencieuse. Je m’arrête au bord du chemin. S’asseoir dans l’herbe, regarder. L’horizon. Je me souviens de Camus, de la découverte de cette scène de Caligula qui me bouleverse toujours autant

« la ligne des collines romaines et de cet apaisement fugitif et bouleversant qu'y ramène le soir... »

Je suis ici à Rome, à observer et à jouir du soir. Scipion, le visage de l’Amour.

Vraiment, il devait être bon d’être romain, et de compter des pierres bleues dans l’Atrium.

Article mis en avant
Articles récents
Suivez nous
  • Facebook Black Square