AVEC DU LIERRE ET DES PRUNELLES



Un pigeon vivait sur le bord d’un rocher.

C’était un philosophe, un sage,

Qui s’était réfugié sur la côte escarpée

Un jour où on l’envoya porter le message

Qui hélas annonçait la guerre.

Adieu cages militaires, plus de blé à croquer :

Juste quelques prunelles, l’hiver un peu de lierre.

Quand on est pacifiste, il faut bien assumer !


Or, un goéland, se disant propriétaire

De la falaise et du caillou,

Vint se pavaner devant lui, faisant le fier :

- « File donc d’ici, vilain, tu n’es rien du tout :

Qu’un biset maladroit au vol beaucoup trop lourd.

Vois comment je plane bien, admire ma liberté !

Moi je me goinfre de coquillages, d’araignées,

Je me ris des vents, toi à peine tu débourres !

Il faut s’amuser, c’est loi des oiseaux de mer.

Pas de règles pour nous, nous sommes libertaires !

Prends ton panier de graines, et retourne dans les champs :

Être végan, pour un goéland

Serait le pire des cauchemars.

Alors vas-t-en, et retourne dans ton territoire ! »


Hélas un grand malheur, dénommé grippe aviaire

S’abattit sur ce pays-là.

Tous les oiseaux n’en mouraient pas,

Mais tous étaient atteints, devenaient grabataires,

Ou bien ne pouvaient plus voler.

C’est ainsi que notre goéland, trop affamé,

Périt sur la plage, Requiescat In Pace !

Alors que le pigeon, bien que diminué,

Trouva aux alentours, sans trop se déplacer,

Quelques graines pour subsister : il survécut.

Depuis, merci, il va bien, on n’en parle plus.


Quand un fléau survient, il faut se secourir.

Amis, point de querelles en ces temps difficiles !

Oublions les chapelles, nous sommes sur la même île.

Il faut s’aimer, je ne veux point vous voir mourir.


Le lierre, Hedera helix

Le prunellier, Prunus spinosa

A Beg Léguer, près de LANNION (22), le 7 août 2021

© texte et photos Yves YGER, Août 2021

Toute reproduction à but commercial interdite




Article mis en avant
Articles récents
Suivez nous
  • Facebook Black Square