LE GENET ET L'AJONC JALOUX

LE GENET ET L'AJONC JALOUX - « Il faut bien que genêt se passe ! » Soupirait seul un vieil ajonc. « Moi parfois ça me dépasse D'avoir si près un tel poison ! Certes il se nomme Cytisus, Et je ne suis qu'un pauvre Ulex ! Non que Grand seigneur il le fusse, Mais qu'il se moque, oui, ça me vexe !

A lui l'honneur des avants plans Et le bonheur des photographes. C’est un despote, c’est un tyran : Il mériterait bien quelques baffes. A lui chansons de Jean Ferrat A moi romances de Botrel, Un jour pourtant, un jour viendra Où les ajoncs seront rebelles !

Moi je fleuris toute l’année ! Lui, il attend que le printemps En Bretagne, montre son nez, Comme l’écrivait Chateaubriand. Et s’il baisse d’un air frileux Ses branches sombres en hypocrite, C’est pour cacher les amoureux Et leurs étreintes interdites. Je resterai celui qui pique, La friandise pour les ânes, L’ennemi des amants lubriques Courant sur le sentier des douanes.

Parfois je rêve, souvent je souhaite, Pour subvenir aux cantonniers, Qu'un fabricant de balayettes Tout le genêt vienne couper. Qu’il l’emporte dans sa charrette ! Au bout d’un manche ses plumets Feront aux crottes un bon balai. Il finira sur le trottoir : Ce sera la fin de l'histoire »



L'ajonc : Ulex sp Le genêt à balai : Cytisus scoparius (c) Yves YGER Janvier 2021

Article mis en avant
Articles récents
Suivez nous
  • Facebook Black Square